© Yann Pelcat
DieppeDoyenne des stations balnéaires

Dieppe, doyenne des stations balnéaires

Oser le bain de la lame !

C’est au début du 19ème siècle que les premières baigneuses viennent goûter l’eau de mer à Dieppe. Ce sont d’intrépides aristocrates qui, suivant les recommandations hygiénistes des médecins à la mode, se laissent immerger face à la vague, vigoureusement empoignées par leur maître-baigneur.

Les bains de mer

Des vertues médicinales

Pour une confrontation réussie, spasmes et suffocations sont au programme. Le procédé est rude mais la mer est parée de bien des vertus thérapeutiques. On se baigne pour soigner ses nerfs, ou au contraire pour guérir d’un état asthénique… À cette époque, affronter les vagues n’a rien d’une partie de plaisir !

Il faudra attendre quelques dizaines d’années pour que peu à peu, la séance du bain de mer devienne un moment de plaisir. La villégiature balnéaire offre à ses riches adeptes un confort qui faisait défaut autrefois et Dieppe voit naître son premier établissement de bains qui deviendra casino, puis un petit théâtre « à l’italienne » tandis que le front de mer se pare d’hôtels spacieux et d’élégantes villas.

A la Belle Epoque

Une nouvelle mode

Quelques décennies plus tard, entre crainte et audace, la baigneuse de la Belle Epoque goûte la vague du bout du pied, s’enhardit et se livre à une pratique qui va la transformer en élégante sportive affranchie du corset. Elle coupera bientôt ses cheveux et la tenue de bains de la garçonne dévoilera un corps devenu hâlé.

C’était il y a presque un siècle, les modes ont changé, le monde aussi et si ces drôles de « bathing beauties » d’un autre temps nous font sourire, le plaisir du bain de mer est lui, resté intact !