© Giada Connestari
En novembreHarengs et coquilles Saint‑Jacques : les rois de la fête !

Foire aux harengs et à la coquille Saint‑Jacques

L’expérience est étonnante ! Avec la foire aux harengs et à la coquille Saint-Jacques qui a lieu tous les troisièmes week-end de novembre, Dieppe fête son lien ancestral avec la mer et les métiers de la pêche.

Mariné, grillé ou frais, le poisson venu du Nord et tout juste arrivé sur les côtes de la Manche se laisse savourer sans prétention hautement gastronomique mais avec un vrai plaisir gourmand. Le nec plus ultra, c’est encore de le déguster tout juste sorti du grill accompagné d’une pomme de terre cuite dans la braise puis éventrée sur laquelle coule une noisette de beurre salé fondant. À moins que l’on ne se laisse tenter par une brochette de coquilles Saint-Jacques qui s’accommodera pour l’occasion d’un petit verre de vin blanc.

Dès le samedi matin tous les restaurants, toutes les brasseries et les bars se préparent pour le coup de feu de midi, car aucun ne saurait déroger à la tradition des grills fumants devant leur établissement.

Une pause en terrasse

Mais il n’est pas de foire sans inauguration solennelle. Il faut donc auparavant assister au défilé des membres de la Confrérie du hareng et de la coquille Saint-Jacques. Dans leurs tenues d’échevins, ils renouvellent tous les ans la promesse de valoriser la noble coquille et le poisson roi.

Sur le coup de midi, les terrasses invitent à une petite pause. Il est alors temps de s’arrêter devant l’image un peu surréaliste d’un cuisinier improvisé chaussé de lunettes de ski pour se protéger des fumées, en plein travail devant un grill sur le trottoir d’un bistrot de quartier. Ça crépite, ça rissole tandis qu’enveloppées d’un délicieux nuage qui aiguise les appétits, quelques silhouettes s’attardent avant de passer à table.

Flâner au Bout du Quai

Traditionnellement paisibles, les rues du Bout du Quai, un des deux quartiers historiques des pêcheurs dieppois, s’animent avec la braderie des habitants. Les promeneurs rassasiés flânent dans un voile odorant qui ne les lâche plus. Animations de rues, jeux et attractions pour les enfants, échoppes, marchés de produits du terroir d’ici ou d’ailleurs, les distractions sont à portée de regard et les tentations ne manquent pas.

Un peu d’histoire

L’histoire de Dieppe est intimement liée à la mer, et cette célébration du hareng et de la coquille autour des professionnels de la pêche en témoigne. Fumé, salé ou consommé frais, le hareng a été la providence des Dieppois durant les longs hivers du Moyen-âge et il leur a souvent évité la famine. À cette époque, les premières pêcheries et salines se sont installées et la plupart des harengs vendus sur les étals de Paris ou de Rouen venaient de Dieppe grâce au chasse-marée qui assurait une liaison rapide entre la mer et la capitale. Quant à la coquille, « l’or blanc » des marins dieppois, elle se pêche durant la saison hivernale et fait honneur aux tables les plus raffinées.