OffranvilleLa coquette

Offranville la coquette

Village de charme

Verte et fleurie, cette jolie bourgade a tous les charmes normands. La promenade y est des plus plaisantes, ponctuée de colombiers et de manoirs rappelant l’époque du peintre Jacques-Emile Blanche.

C’est au petit matin qu’il faut découvrir Offranville, lorsque la ligne rose du soleil levant vient réveiller les fleurs du Parc William Farcy. Ses jardins à l’anglaise agrémentés de cours d’eau enjambés par un pont de bois et ourlés de petits bancs offrent une agréable parenthèse. On y vient pour ses roses anciennes et ses massifs variés.

Confortablement assis à la Terrasse Gourmande, aménagée dans l’ancienne charreterie du 18e siècle, l’heure est à la détente pour une restauration simple et bucolique. Un peu plus loin, dans la plus vieille maison en colombage du village, le chef étoilé Laurent Kleczewski travaille sa créativité avec les produits du terroir. Son restaurant Le Colombier est devenu une adresse gastronomique réputée pour sa convivialité et sa cuisine harmonieuse entre velouté d’huîtres, coriandre et citron confit, paleron de veau français et sa sauce crémée ou turbot aux copeaux de figue et sauce agrumes. Un délice pour les papilles.

Ambassadeur de choix

De la douceur de vivre à Offranville, le peintre Jacques-Emile Blanche en a fait son credo. En 1903, il s’installe, avec sa femme Rose, dans le manoir de Tot où il reçoit le beau monde artistique et politique de l’époque. Il emmène ses amis en promenade au grand air et tisse des liens forts avec la région. Offranville devient alors une cité connue du Tout Paris et même de l’Angleterre où le peintre se rend régulièrement. Petits manoirs et jolies villas fleurissent dans la bourgade. Le musée Jacques-Emile Blanche met en lumière les 40 années du peintre au village, à travers sa correspondance, des photographies… et rend compte du travail de l’artiste avec une collection de peintures et de dessins. Un circuit menant d’Offranville à Dieppe et Pourville-sur-Mer emmène également sur les pas de l’artiste, amoureux des lieux.

Au rythme d’un village paisible

Reconnaissable entre tous, le clocher tors de l’église Saint-Ouen est une petite excentricité que le village conserve avec coquetterie. Edifié en 1570, il subit un défaut de construction et vrille encore aujourd’hui sous ses ardoises. L’if millénaire, planté jadis au côté de l’église pour assurer la protection symbolique du village, impressionne par son volume.

Mais sentir le pouls d’Offranville, c’est aussi suivre le chemin des quatre colombiers et descendre vers la rivière de la Scie pour découvrir le moulin Jeanet, celui de la Pierre et le double moulin Quenouille. Pour ceux qui souhaitent profiter pleinement de la campagne environnante, des vélos sont à louer à la Maison du Parc et permettent d’emprunter la Véloroute du Lin ou l’Avenue Verte, à la découverte du bocage normand.