© Teddy Verneuil
Les histoiresd'Arques‑la‑Bataille

Les histoires d’Arques‑la‑Bataille

Un village plein de surprises

Le château est ici le grand maître du paysage, mais le bourg renferme d’autres témoignages historiques et des découvertes inattendues…

Ses ruines dominent le village et offrent une vue imprenable aux alentours. De son promontoire naturel, séparant la vallée par de larges fossés, le château d’Arques-la-Bataille est à lui seul un livre de 900 ans d’Histoire faite de batailles et de renaissances. Construit au début du 12ème siècle, il a subi les assauts de Guillaume Le Conquérant et Charles le Téméraire, accueilli François Ier et vu la victoire d’Henri IV… Remanié plusieurs fois, il s’effondrera après la Seconde guerre mondiale mais ne rendra pas son âme que l’on sent vibrer encore dans chacune de ses pierres.

Lieu de mémoire

Autre témoignage historique fort, le cimetière du Commonwealth, en lisière de forêt, où reposent les corps des étrangers venus effectuer des travaux routiers et forestiers dans la région pendant la guerre 14-18. Ils étaient chinois, hindous et anglais, mais surtout cafres, venus de l’Océan Indien. Passer devant les 311 tombes qui s’alignent sur la colline est un moment saisissant. Les espaces forestiers qui l’entourent et leurs belvédères sont une invitation à ressentir davantage l’histoire de ces hommes en Normandie.

Le saviez-vous ?

Qui aurait cru que l’église de ce petit bourg cauchois abritait une rareté ? En effet, on peut y admirer un jubé, ensemble architectural qui sépare le chœur de la nef, quasiment disparu de tous les édifices religieux depuis le 17e siècle. La finesse de ses sculptures le rend d’autant plus exceptionnel ! Un orgue y est installé faisant résonner dans tout l’Hexagone la force du fameux Festival de musique ancienne de l’Académie Bach.

Au détour d’une rue…

Esprits, curieux, poursuivons nos découvertes avec ce monumental bâtiment circulaire. Rien de plus insolite au cœur d’un bourg rural !  Il s’agit d’un groupe scolaire édifié en 1935, selon les plans très modernes de l’architecte Georges Thurin, pour répondre au doublement de la population en 50 ans d’industrialisation. Car Arques-la-Bataille a accueilli de nombreuses industries, dont l’usine Viscose qui produisait l’une des premières fibres synthétiques françaises. Mais ceci est encore une autre histoire…