© Teddy Verneuil
Le Château d'Arques

Ruines ancestrales

Situé sur un éperon rocheux qui domine Arques-la -Bataille, le château fut vraisemblablement construit entre 1040 et 1045 à partir des arches d’un vieux pont datant du 7e siècle, par Guillaume d’Arques, l’oncle de Guillaume le Conquérant.

Panorama sur la vallée

Une situation exceptionnelle

Il est aujourd’hui en ruines et l’intérieur ne se visite plus pour des raisons de sécurité mais le chemin de contrescarpe taillé à même la roche est devenu un but de promenade. Face à la porte principale, on emprunte le sentier par la droite, il surplombe le fossé qui ceinture l’édifice.

Chemin faisant, c’est un panorama à couper le souffle qui se révèle au fur et à mesure de l’avancée. Après avoir dominé les prairies de Calmont et de Gruchet à l’ouest, le passage s’oriente au sud et laisse deviner les vestiges d’un pont-levis.

Le retour se fait par l’Est et le regard embrasse alors la vallée formée par le confluent de la Béthune et de la Varenne qui va former l’Arques. On y distingue le village, les ballastières et en arrière-plan les versants boisés de la forêt domaniale d’Arques.

Une architecture qui témoigne de l’Histoire

Les caractéristiques d’un château fort

Cernant le château, le fossé en impose par ses dimensions. Le chemin de contrescarpe qui le domine avec plusieurs passages impressionnants, invite à repérer quelques éléments d’architecture défensive médiévale, dont son donjon carré encore très visible.

Pendant la Guerre de Cent ans, son rôle stratégique fut déterminant dans les affrontements qui opposèrent français et anglais. En 1589, Henri IV vint s’y réfugier après avoir battu le Duc de Mayenne dans la vallée de l’Arques. C’est depuis cet événement qu’à ce nom de lieu vient s’ajouter celui de « La Bataille« . Le château est tombé ensuite en disgrâce et Louis XVI a autorisé les habitants à l’utiliser comme carrière de pierres. Il faillit être rasé.