Colombier Offranville

Jacques-Emile Blanche et Offranville

à Offranville
1.2 km
1h 30min
Facile
  • Offranville devient une cité connue du Tout Paris grâce à Jacques-Emile Blanche.

  • Dans la seconde moitié du XIXe siècle, lorsque la côte normande devient à la mode, le voyageur qui se rend à Pourville-sur mer ou Varengeville-sur-mer, traverse Offranville. Il ne découvre pas les châteaux, manoirs et autres grosses bâtisses élevées depuis le XVIe siècle dans ce paisible village.
    Il faudra attendre la venue de Jacques-Émile Blanche, à partir de 1902, pour que le bourg devienne célèbre. En effet, Rose, l’épouse du peintre, (abandonnant Dieppe, trop ventée pour ses soeurs), a...
    Dans la seconde moitié du XIXe siècle, lorsque la côte normande devient à la mode, le voyageur qui se rend à Pourville-sur mer ou Varengeville-sur-mer, traverse Offranville. Il ne découvre pas les châteaux, manoirs et autres grosses bâtisses élevées depuis le XVIe siècle dans ce paisible village.
    Il faudra attendre la venue de Jacques-Émile Blanche, à partir de 1902, pour que le bourg devienne célèbre. En effet, Rose, l’épouse du peintre, (abandonnant Dieppe, trop ventée pour ses soeurs), a découvert qu’à Offranville le manoir du Tot était à louer ; cette belle demeure sans confort les séduit néanmoins. A partir de 1903, ils loueront à l’année et réaliseront des travaux, avec l’accord des
    propriétaires, pour rendre « cosy » ces vénérables murs. Blanche reçoit en ces lieux tous les illustres des
    mondes politique, artistique, littéraire ; Rose accueille chaleureusement les invités de son mari.
    Avec des amis ou des hôtes, Blanche se rend à Varengeville, à Pourville, pour de longues promenades dans les pinèdes ou sur la grève. Offranville devient une cité connue du Tout Paris, en Angleterre où Blanche se rend très régulièrement depuis ses plus jeunes années. Il est un bon ambassadeur de la région.
    Le maître enseigne chaque été à des élèves écossais ou irlandais les rudiments de la peinture en plein air ;
    ces pensionnaires s’installent dans les hôtels fraîchement construits. Le début de la guerre de 1939-45 voit arriver un détachement britannique dans le village, suivi de l’État- Major qui réquisitionne les belles maisons. Le vieux peintre, expulsé du manoir, alors qu’il pouvait encore y demeurer jusqu’en 1940, se réfugie dans une maisonnette achetée en 1938, où il décède en septembre 1942…
    La rue de la gare, où se trouvait la maison de l’artiste a été renommée rue Jacques-Émile Blanche en 1941, sur ordre de la Kommandantur…
Points d'intérêt
1
2
photo bis.jpg
3
4
1924_1_36 bis.jpg
5
6
Roll1_A043832_Roll1_B043357-R1-00-0_002 bis.JPG
7
8
1924_1_31 bis.jpg