Partager

Current Size: 100%

Opération Jubilée - 19 août 1942

Le contexte

raid

Au printemps 1942, la situation militaire des Alliés était encore précaire, malgré l'entrée en guerre des Etats-Unis. Le Japon dominait le Pacifique, les forces allemandes pénétraient profondément en URSS. La 8ème Armée britannique avait dû se replier en Egypte et l'Europe demeurait nazie.

 

L'invasion de l'Europe ne pouvait pas encore être tentée. Il fut cependant décidé de monter une opération importante sur le port de Dieppe. Et ceci afin de faire craindre aux Allemands une attaque sur le front ouest, et les obliger à renforcer leurs défenses sur la Manche pour soulager l'armée soviétique.

 

Malgré de nombreux inconvénients (falaises, galets,...), le choix des alliés se porta sur Dieppe pour la taille de l'agglomération et la distance de l'Angleterre (couverture aérienne). Le but de cette opération étant de gagner de l'expérience sur la manière de s'emparer d'un port bien défendu.

Le Raid

Le 19 août 1942, à l’aube, 6100 hommes, dont 5000 canadiens, des Commandos britanniques et des soldats des pays occupés, s’apprêtent à débarquer en huit points de la côte, entre Berneval-le-Grand et Sainte-Marguerite-sur-Mer. Son nom de code : Opération Jubilée. L’attaque était soutenue par la Marine Royale et des escadrilles alliées. Le plan devait voir se déployer des débarquements en 5 lieux différents, sur un front d’environ 16 kilomètres. Quatre attaques latérales devaient commencer dès l’aurore : Varengeville - Orange Beach 1 & 2, Berneval-Yellow Beach 1 & 2, Puys - Blue Beach, Pourville - Green Beach.

 

PlageL'attaque frontale eut lieu à Dieppe - Red Beach & White Beach. Lorsque les unités débarquèrent sur la plage de Dieppe après le tir des canons de 8 destroyers, celles-ci furent clouées sur la plage par un feu croisé meurtrier. Dans un même temps, les escadrilles de la Royal Air Force et les chars Curchill du Calgary Regiment avaient pour mission de tirer sur les défenses allemandes. Mais un retard de navigation et le feu nourri empêchèrent les chars de soutenir l'Infanterie au départ.

 

A Dieppe, les chars ne pourront pas pénétrer en ville. Quelques soldats de l'Essex Scottish débarqués sur l'est de la plage tentèrent de se frayer un chemin vers la ville à travers les obstacles et les barbelés. Quelques uns réussirent à prendre le casino et à pénétrer dans la ville où ils furent tués ou faits prisonniers.

L'évacuation commença à 11 heures et à 13 heures tout combat avait cessé. Les pertes alliées furent considérables : près de 1 200 morts (dont 907 Canadiens), 2 340 priosnniers, 119 avions et le destroyer Berkeley détruits.

Cimetière des canadiensUn seul commando anglais neutralisera une batterie à Varengeville-sur-Mer. Sur toutes les plages, les canadiens subissent de lourdes pertes et doivent rembarquer en laissant derrière eux leur matériel mais surtout 3000 hommes, tués ou prisonniers.

 

Deux ans plus tard, en souvenir des évènements tragiques du raid qui coûta la vie à de nombreux Canadiens, l'honneur de libérer Dieppe le 1er septembre 1944 fut laissé à la 2è Division Canadienne.